Les hommes décédés par suicide auraient un point commun, une composition du cerveau différente