Un nouveau marqueur lié à la maturation des connexions cérébrales détecte l'impulsivité chez les enfants

Une étude publiée dans la revue Molecular Psychiatry présente une métrique qui reflète la variation de l'expression des gènes contrôlant l'organisation des connexions neuronales au cours du développement d’un enfant. Lorsqu'il est appliqué à différents groupes d'enfants, le score peut détecter ceux qui sont plus impulsifs dans les tâches comportementales. L'impulsivité a été associée à un risque accru de nombreux troubles psychiatriques, notamment la dépendance. Il est donc très pertinent d'identifier cette vulnérabilité tôt dans la vie lorsque des mesures préventives peuvent être proposées. 

L'article « Corticolimbic DCC gene co-expression networks as predictors of impulsivity in children » a été mené par les équipes des Drs. Cecilia Flores et Patricia Pelufo Silveira, présentant le travail réalisé par le premier auteur, Jose Maria Restrepo, et ses collaborateurs. Ils ont construit un score de risque polygénique basé sur des réseaux de gènes co-exprimés avec DCC dans le cortex préfrontal et le striatum, deux régions cérébrales intimement impliquées dans le développement de la motivation et de la récompense. 

Le score était capable de détecter des enfants avec une impulsivité plus élevée dans trois groupes d'enfants de différentes communautés ethniques. Le gène DCC est un « repère de guidage », donc il détermine quand et précisément où les cellules dopaminergiques du cerveau forment des connexions dans le cortex préfrontal et le striatum. Ce développement coordonné est essentiel pour la maturation du contrôle de l’impulsivité. 

L'étude fournit également une caractérisation détaillée de la fonction des réseaux de gènes représentés dans le score, révélant leur implication dans les principaux processus neurodéveloppementaux pertinents pour le raffinement du contrôle des impulsions au cours de l'enfance et de l'adolescence.

Lire l'article complet dans Molecular Psychiatry

ARTICLE EN LIBRE ACCÈS