Rob Whitley
Ph.D.

Division: 
Services de santé / Psychosocial

Rob Whitley
 

Bureau: 
E-3108, Pavillon Perry

6875 Boulevard LaSalle
Montréal, QC
H4H 1R3


(514) 761-6131 x4339





Champs de recherche: 
Recherche psychosociale et des populations

Thème de recherche: 
Santé mentale et société

Images labo - cliquer pour agrandir: 
Whitley lab

Chercheur, Centre de recherche Douglas
Chercheur principalGroupe d’Intérêt de Recherche pour la Psychiatrie Sociale (SPRING), Centre de recherche Douglas
Professeur adjoint, Département de psychiatrie, Université McGill
Chercheur-boursier, Fonds de recherche du Québec - Santé (FRQS), Senior



Recherche en psychiatrie sociale


Les personnes atteintes de maladies mentales souffrent d'inégalités multiples. Celles-ci incluent (i) une diminution de la réussite scolaire; (ii) des niveaux élevés de chômage et de tensions financières; (iii) des réseaux sociaux tronqués; (iv) une mauvaise santé physique et une réduction de la longévité; (v) un risque accru de suicide et de toxicomanie; (vi) des niveaux élevés de stigmatisation et de discrimination; et (vii) un taux faible d'engagement de service et d'adhésion au traitement.

Le groupe de recherche et d'intérêt en psychiatrie sociale est consacré à la recherche, à l'action et à l’application des connaissances qui peuvent réduire ces inégalités et améliorer la vie des personnes atteintes de maladies mentales. Dans le cadre de cette tâche, une grande partie de notre travail s'articule autour de deux concepts liés, le rétablissement et la stigmatisation. La mission globale du groupe de recherche et d'intérêt en psychiatrie sociale est de mener des recherches et de prendre des mesures qui favorisent au bout du compte le rétablissement et diminuent la stigmatisation. Notre travail vise à aider toutes les personnes souffrant de maladies mentales. Cepandant au cours des dernières années, nous avons concentré une grande partie de nos activités sur deux groupes qui sous-utilisent les services de santé mentale : les immigrants et les hommes.

Le Rétablissement

Nous avons réalisé de nombreuses études subventionnées portant sur le rétablissement de la maladie mentale grave, les obstacles et les éléments facilitateurs à la guérison. Nos recherches suggèrent que le rétablissement d'une maladie mentale grave est beaucoup plus complexe que ce que démontrent les notions cliniques traditionnelles de la rémission des symptômes. C’est ce grand défi qui motive largement notre travail. Les personnes atteintes d’une maladie mentale grave considèrent le rétablissement comme un processus plutôt qu’un résultat, et se concentrent sur la réappropriation progressive d'un sens de vie dans la communauté. Nos recherches suggèrent que des facteurs tels que l'emploi, le logement sûr, les relations sociales enrichissantes, la spiritualité et la contribution à la société sont les éléments clés du rétablissement. À l’opposé, le chômage, les pressions financières, la peur de la criminalité, la mauvaise qualité des services de santé mentale et la stigmatisation sont des obstacles au rétablissement. Nous évaluons en continue les interventions, les politiques et les pratiques favorables au rétablissement. Dans cette optique, nous avons conseillé des hôpitaux, des fournisseurs de services de santé mentale, des services sociaux et des organismes communautaires à réaliser des politiques et des pratiques orientées vers le rétablissement. Nous avons également formé des cliniciens sur l'importance de se positionner en faveur du rétablissement. Nous continuons à favoriser le rétablissement dans les services sociaux et de santé. Nous sommes toujours disponibles à discuter avec les cliniciens, les organismes communautaires ou les fournisseurs de soins de santé à propos du rétablissement.

La Stigmatisation

La plupart de nos recherches indiquent que la stigmatisation représente l'obstacle le plus considérable pour le rétablissement des personnes atteintes de maladies mentales graves. Elle réduit directement leur qualité de vie et contribue significativement à la discrimination qu’ils peuvent subir. La stigmatisation est généralement basée sur des perceptions erronées, des mythes et des stéréotypes inexacts. Notre recherche suggère que cela peut affecter négativement la confiance en soi, l'engagement des services, les possibilités d'emploi et les relations sociales. Notre recherche suggère également que la stigmatisation peut être réduite par des méthodes diverses, y compris l'éducation du public, ainsi que l'autonomisation des personnes atteintes de maladie mentale. En collaboration avec la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC), nous avons travaillé actuellement avec les médias et les écoles de journalisme pour essayer d'améliorer la couverture de la maladie mentale dans les médias canadiens. Ce projet est toujours en cours et nous sommes heureux d’annoncer une amélioration significative de la couverture ces dernières années. Aussi, nous menons actuellement un projet vidéo participatif financé par les IRSC, où les personnes atteintes d'une maladie mentale grave produisent des courts documentaires sur leur vie. Ces documentaires sont actuellement présentés dans des ateliers d’anti-stigmatisation destinés aux étudiants, aux enseignants et aux fournisseurs de soins de santé, et nous mesurons s'ils réussissent à réduire la stigmatisation. En bref, nous nous engageons à une meilleure compréhension de la stigmatisation et à en réduire les effets sur les personnes atteintes de maladies mentales graves. Encore une fois, nous sommes toujours disponibles pour discuter des moyens de réduire la stigmatisation avec les fournisseurs de soins de santé et d'autres organisations intéressées, y compris les employeurs, les médias et les écoles. 


Whitley R, Wang J W, Fleury M-J, Liu A, & Caron J (2017) Mental health status, health care utilization and service satisfaction among immigrants in Montreal: an epidemiological study. The Canadian Journal of Psychiatry 62(8), 570-579

Whitley R & Wang J W (2017) Good News? A longitudinal analysis of newspaper portrayals of mental illness in Canada 2005-2015. The Canadian Journal of Psychiatry 62(4), 278-285.

Whitley R & Wang J W (2017) Television Coverage of Mental Illness in Canada: 2013-2015. Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology 52(2), 241-244.

Whitley R (2016) Ethno-Racial Variation in Recovery from Severe Mental Illness: A Qualitative Comparison. The Canadian Journal of Psychiatry 61(6): 340-347.

Whitley R (2015) Global Mental Health: Concepts, Conflicts and Controversies. Epidemiology and Psychiatric Sciences 24(4): 285-291.

Whitley R, Palmer V & Gunn J (2015) Recovery from Severe Mental Illness. Canadian Medical Association Journal 187(13): 951-2.

Whitley R & Campbell R D (2014) Stigma, agency and recovery amongst people with severe mental illness. Social Science & Medicine 107: 1-8.

Drake R E & Whitley R (2014) Recovery and Severe Mental Illness: Description and Analysis. Canadian Journal of Psychiatry 59(5): 236-242.

Slade M, Amering M, Farkas M… Whitley R (2014) Uses and abuses of recovery: implementing recovery-oriented practices in mental health systems. World Psychiatry 13(1): 12-20.

Whitley R (2012) Religious competence as cultural competence. Transcultural Psychiatry 49: 245-60.

Whitley R (2012) ‘Thank you God’: Religion and recovery from dual diagnosis among low-income African Americans. Transcultural Psychiatry 49: 87-104.

Whitley R & Siantz E (2012) Recovery Centers for People with a Mental Illness: an Emerging Best Practice? Psychiatric Services 63: 10-12.

Whitley R, Strickler D & Drake R E (2012) Recovery Centers for People with Severe Mental Illness: A Survey of Programs. Community Mental Health Journal 48: 547-556.

Whitley R (2011) Social defeat or social resistance? Reaction to fear of crime and violence among people with severe mental illness living in urban 'recovery communities'. Culture, Medicine, and Psychiatry 35: 519-35.

Whitley R & Drake R (2010) Recovery: a dimensional approach. Psychiatric Services 61: 1248-50.


Rob Whitley est le chercheur principal du Groupe d’Intérêt de Recherche pour la Psychiatrie Sociale (SPRING) au Centre de recherche de l'Hôpital Douglas. Il est également professeur adjoint au Département de psychiatrie à l'Université McGill. Ses trois intérêts principaux de recherches sont le rétablissement, la stigmatisation et la santé mentale des hommes. Ses recherches montrent l'importance des facteurs tels que l'emploi rémunéré, un logement sûr, la religion/spiritualité et les relations sociales pour l'amélioration du rétablissement. Il montre également l'impact terrible de la stigmatisation sur les personnes atteintes de maladie mentale.

Il a publié plus d’une centaine d’articles dans le domaine de la psychiatrie sociale, et son travail a été financé par les IRSC, FRQ-S, SSHRC, le Movember Foundation, la CSMC, NIDRR (US), et le MRC (UK). Il est actuellement le bénéficiaire d’une bourse de recherche du FRQ-S Chercheurs-boursiers - junior 2. Ses projets actuels comprennent (i) la création et l'évaluation de vidéos de sensibilisation destinées à être utilisées dans des ateliers d’anti-stigmatisation menés par des personnes atteintes de maladies mentales; (ii) une analyse longitudinale de la tonalité et du contenu de la couverture médiatique des maladies mentales au Canada; (iii) une ethnographie de jeunes hommes participant à la « communauté de séduction ». Il espère un jour vivre dans une société où les personnes atteintes de maladies mentales pourront réaliser tout leur potentiel et jouir de leurs pleins droits de citoyens, libres de la peur et de la stigmatisation.

 


FRQ-S Chercheur-Boursier Junior 2 (2016-2019)

Bourses Salariales de Nouveau Chercheur des IRSC (2011-2016)

FRSQ Chercheur-Boursier Junior 1 (2011-2015)

Bourses de Recherche Postdoctorales de Leverhulme Trust (2003-2005)

Bourses Doctorat du R-U Medical Research Council (1999-2002)


Doctorants:

  • William Affleck
  • Marie-Eve Boucher
  • Ria Dwi Agustina
  • Ashley Lemieux

Étudiants à la maîtrise:

  • Melanie Levy

Personnel de recherche:

  • Victoria Carmichael
  • Jacky Zhou
  • Sacha Fernandez
  • Robby Reis
  • Derreck Roemer
  • Stephanie Young

  • Douglas Hospital
  • Dobell Pavillion
  • Brain imaging centre