Questions-réponses avec Dre Natasha Rajah et Jamie Snytte - explorations du vieillissement normal et pathologique niveau du cerveau

Dre Natasha Rajah est chercheuse au Centre de recherche Douglas et Professeure au Département de psychiatrie de McGill. Elle détient une chaire de recherche sur le sexe et le genre de l'Institut de santé mentale et de toxicomanie des IRSC. Elle dirige un laboratoire qui étudie la « Neuroscience cognitive de la mémoire, du vieillissement et de la prévention de la démence », c’est-à-dire les capacités mémorielles des personnes âgées et la prévention des démences.  Elle et un de ses étudiants au doctorat, Jamie Snytte, ont répondu à quelques questions sur leur plus récente étude.



Bonjour Dre Rajah. Pouvez-vous nous indiquer quel est l’orientation des recherches que vous menez en ce moment avec votre laboratoire ?

Mon laboratoire utilise l'imagerie cérébrale et l'expérimentation comportementale pour comprendre comment le cerveau encode et se remémore les souvenirs d'expériences personnelles passées avec de riches détails spatiaux et temporels, un type de mémoire que l’on appelle la « mémoire épisodique ». Nous utilisons l'IRM fonctionnelle pour découvrir quels systèmes cérébraux sont affectés par le vieillissement et contribuent au déclin de la mémoire lié à l'âge chez les femmes et les hommes d'âge moyen et plus âgés avec et sans facteurs de risque de la maladie d'Alzheimer.

Les chercheur·e·s ne travaillent pas seul·e·s dans leur laboratoire. Comme est-ce qu’un laboratoire comme le vôtre fonctionne et quel est l’apport notamment des étudiant·e·s ? 

Mon laboratoire est composé d'une excellente équipe d'assistants de recherche, de stagiaires de premier cycle, de cycles supérieurs et de chercheurs postdoctoraux. Nous travaillons en collaboration sur toutes les études de neuroimagerie en cours dans mon laboratoire. Le projet actuel a été dirigé par Jamie Snytte, candidat en psychologie clinique, que je co-supervise avec le Dr Signy Sheldon au Département de psychologie de l'Université McGill.

On comprend que vous vous intéressez au déclin cognitif chez les personnes âgées, mais vous recrutez aussi des adultes en bonne santé dans vos recherches. Pourquoi cela est-il important?

Le vieillissement en général est associé à un déclin de la mémoire - et est apparent chez les adultes en bonne santé à la quarantaine et à l'âge avancé. Il est donc très important de savoir ce qu'est le « vieillissement normal» et quels systèmes cérébraux en sont affectés, afin de discerner les premiers signes de vieillissement pathologique qui peuvent être révélateurs d'une démence ou d'un autre trouble neurodégénératif lié à l'âge. Il faut savoir ce qui est normal pour comprendre ce qui est pathologique.

Jamie, vous venez de sortir un article il y a quelques semaines dans la revue Neuro Image. Pouvez-vous nous parler un peu de cet article ? 

Nous souhaitions étudier comment certaines structures cérébrales changent au cours de la vie et comment cela affecte notre mémoire. Tout d'abord, nous avons constaté que plus nos participants étaient âgés, moins ils réussissaient nos tâches de mémoire. Cependant, cela dépendait de la taille d'une structure particulière appelée l'hippocampe, en particulier la partie de cette région qui se rapproche de l'arrière du cerveau - l'hippocampe postérieur. Autrement dit, ce n'est pas seulement l'âge lui-même qui a contribué à une moins bonne mémoire, mais plutôt les effets de l'âge sur le volume de cette structure qui ont probablement eu un impact sur les performances de la mémoire.

Si on comprend bien, le fonctionnement de la mémoire varie selon l’âge chez des personnes avec un vieillissement sain. Comment cela se traduit-il chez ces personnes?

C'est ça! Les performances de la mémoire dépendront de la taille de cette structure, ainsi que de la manière dont le cerveau peut réagir en activant différentes régions pour soutenir notre mémoire. Nous avons constaté que les adultes d'âge moyen et plus âgés qui avaient de plus petits volumes dans leur hippocampe étaient capables d'activer différentes régions du cerveau pour mener à bien notre tâche.

Dre Rajah, quels sont les implications théoriques et cliniques de vos récents travaux ?

Nos résultats ont indiqué que la capacité à se remémorer de façon détaillé, des associations de lieux et de visages était liée à des volumes plus importants dans le système hippocampique postérieur et temporal médial, par rapport au système antérieur ; et que le déclin normatif lié à l'âge peut être dû à des volumes réduits dans ces systèmes temporaux médians postérieurs qui, à leur tour, affectent l'activité cérébrale dans les systèmes neuronaux importants pour la perception et le contrôle cognitif.
En revanche, des études indiquent que dans la maladie d'Alzheimer, ce sont les systèmes temporaux médiaux antérieurs qui sont les premiers touchés. Par conséquent, notre étude a identifié les systèmes temporaux médiaux qui ont été affectés dans le vieillissement normal et qui ont eu un impact sur la fonction de mémoire. Cette information peut être utilisée comme contrôle/contraste pour des études sur le vieillissement pathologique. 
Par exemple, si nous voyons qu'un adulte d'âge moyen ou plus âgé présente un déclin de la mémoire et qu'il est associé à des altérations du système temporal médial postérieur, nous pouvons interpréter cela comme indiquant un vieillissement normal et/ou un vieillissement normal accéléré. 
Par contre, si nous observons que le déclin de la mémoire chez cet individu est davantage associé à des changements de volume dans le système temporal médial antérieur, nous pouvons être plus préoccupés par le fait que l'individu peut présenter des signes précoces de vieillissement pathologique, ce qui peut l'amener à être capable de bénéficier d'un accès précoce aux soins, à un moment où la prévention est encore possible.

 

Lire l'article intégral ici.