Centre StoP-Alzheimer

  • L'équipe Stop-AD
  • Des membres de l'équipe Stop-AD avec une patiente
  • Des membres de l'équipe Stop-AD avec un patient
Stop-AD Brain scan

Directeur
John Breitner, MD

Directeurs associés
Pierre Étienne, MD
Judes Poirier, PhD

Directeur adjoint
Pedro Rosa-Neto, MD, PhD

La mission du Centre StoP-Alzheimer est d'étudier la maladie au stade présymptomatique. Le Centre veut aussi faire du transfert de connaissances en science fondamentale et clinique auprès des cliniciens, chercheurs et étudiants.

Trouver les marqueurs biologiques de la maladie d'Alzheimer

Les marqueurs biologiques sont la clé dans l’évaluation de la phase présymptomatique de la maladie d'Alzheimer.
Bien entendu, cette phase présymptomatique ne peut pas être évaluée en se fiant aux symptômes cliniques. Nous devons plutôt avoir recours à d’autres indicateurs afin de mettre en évidence l’évolution du processus biologique. Ces indicateurs sont appelés marqueurs biologiques. Ils peuvent se traduire par des modifications de l’imagerie cérébrale et de la chimie du liquide céphalorachidien (LCR) ou d’autres liquides organiques.

L’étude des marqueurs biologiques devrait représenter le meilleur espoir de réaliser des progrès dans la prévention de la maladie d’Alzheimer.

Objectifs du Centre StoP-Alzheimer
Les objectifs du Centre sont les suivants :

  • Mettre au point des méthodes pour mesurer les marqueurs biologiques de la maladie d’Alzheimer présymptomatique
  • Utiliser ces méthodes dans des études pilotes randomisées afin d'apprendre si des traitements sont susceptibles de prévenir l’apparition de symptômes

Et si les résultats de ces études sont concluants :

  •  Entreprendre des recherches en laboratoire pour déterminer comment et pourquoi certains traitements ralentissent l’évolution de la maladie avant que les symptômes n’apparaissent, et ainsi améliorer ces traitements.

Transfert de connaissances

Un but connexe du centre StoP-Alzheimer est de former et d'éduquer des cliniciens, chercheurs et étudiants en sciences cliniques et fondamentales pour leur permettre d'appliquer leurs efforts vers la prévention de la maladie d'Alzheimer.  

Des bourses de formation sont disponibles pour les étudiants.

Avancées de la recherche

La maladie d’Alzheimer est une maladie évolutive et neurodégénérative du cerveau qui porte atteinte à la mémoire et à la faculté de penser. Il s’agit de la forme de démence la plus courante. Cette maladie est un syndrome dont les symptômes comprennent la perte de mémoire, de jugement et de raisonnement, des sautes d’humeur ainsi que des changements de comportement et de façon de communiquer.

Cette maladie a été découverte par Dr Alois Alzheimer en 1906 et qui porte maintenant son nom.

En général, la maladie d’Alzheimer est diagnostiquée chez les gens âgés de plus de 65 ans. Même si le développement de la maladie est différent d’un individu à l’autre, beaucoup de symptômes sont semblables. Au stade précoce, un des symptômes les plus communs est la difficulté de se rappeler des évènements récents.

Jusqu’à maintenant, les chercheurs n'ont trouvé aucun moyen de guérir cette maladie. Les médicaments actuellement disponibles offrent de très timides changements, mais aucun d'eux n’arrête la progression de la maladie. Sur une note plus positive, les récentes découvertes biotechnologiques nous permettent de détecter les changements dans le cerveau avant que les symptômes de la maladie d’Alzheimer se manifestent.

Lisez une description des ces découvertes et de leur potentiel pour la recherche à venir (PDF en anglais).

La maladie d’Alzheimer, une situation critique

La maladie d’Alzheimer est de loin la cause la plus commune de démence. Cette maladie peut affecter les personnes de moins de 65 ans mais elle apparaît plus fréquemment chez les gens de plus de 75 ans.

Quelques chiffres

  • On estime qu’1 baby-boomer sur 5 souffrira de la maladie d’Alzheimer
  • Aujourd’hui 36 millions de personnes dans le monde vivent avec cette maladie.
  • Au Québec  plus de 100,000 personnes en sont atteintes
  • Présentement 25,000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année au Québec, et ce chiffre devrait doubler en 2050
  • Les coûts reliés s’élevaient à 5,5 milliards de dollars en 2000